عربي - Deutsch - Française - Português - Español - - Italiano - русский

Un quotidien irlandais avait affirmé en décembre que l’islam deviendrait la deuxième religion d’Irlande, d’ici une trentaine d’années. En effet, il s’agit de la religion qui détient la plus forte croissance du pays. D’après un recensement, en 2011, 48130 personnes ont affirmé leur appartenance à la religion musulmane. En 2020, elles pourraient bien être 100 000.

La hausse du nombre de conversions contribue à agrandir la oumma d’Irlande. Ils seraient 500 irlandais à embrasser l’islam chaque année. Comme pour d’autres pays européens, ce sont les femmes qui sont les plus touchées par le message de l’Islam.

Les musulmans en Irlande s’activent pour vivre leur religion comme il se doit. Des écoles musulmanes ont été créées, et des mosquées existent déjà dans plusieurs villes du pays. Le plus grand centre islamique du paysouvrira ses portes à Dublin, Clongriffin. Un projet colossal d’un lieu d’une superficie de 5573 mètres carrés et d’une valeur de 40 millions d’euros qui comprendra une salle de prière, des salles de conférence, une bibliothèque, une école, un centre de fitness, et même piscine.  Ce lieu validé en septembre dernier est attendu impatiemment par les musulmans de la capitale.

Une organisation dirigée par des femmes musulmanes qui proposent leur aide aux jeunes converties. C’est le centre culturel islamique de Clonskeagh qui est à l’origine de cette initiative. Les converties peuvent poser leurs questions et par exemple assister à des cours dispensés notamment par le Docteur Ali Salem. L’une de ces converties, Aïcha Caulfield, a commencé à s’intéresser à l’islam il y a douze ans. Elle témoigne pour le quotidien irlandais Independent :  »Il me manquait une pièce du puzzle, et j’étais toujours en train de chercher. Cette religion me convenait mais j’avais besoin de la trouver ».  A travers mes recherches, j’ai découvert ce qu’était l’islam. Je n’étais pas très attirée au début. Puis, quand survint le 11 septembre, j’ai pensé « Bon, peut être pas maintenant, mais je vais continuer à chercher ». J’ai récité officiellement ma Shahada (profession de foi) il y a trois ans, et, je me suis mariée, l’an dernier, avec un musulman de l’île Maurice. Mon père disait « il est temps » quand j’ai récité la Shahada. Ma famille m’avait acheté des hijab (…) ».