عربي - Deutsch - Française - Português - Español - - Italiano - русский

La France a refusé d’accorder l’entrée sur son territoire aux Cheikh Youssef Al-Qardawi et Mahmoud Al-Masri qui étaient invités par l’UOIF au Congrès annuel au Bourget le 6 avril.

L’Union mondiale des oulémas, siégeant au Qatar, ainsi que l’UOIF ont réagi.

L’incompréhension de l’Union Mondiale des Oulémas

L’Union mondiale des oulémas qui a pourtant fermement condamné la tuerie de Toulouse, a été grandement surprise du refus français de son directeur Youssef Al-Qardawi. Le Président Sarkozy s’était adressé à l’émir du Qatar pour lui faire savoir son refus de l’accueillir. Lundi 26 mars, il avait dit sur France info « J’ai déclaré à l’émir du Qatar lui-même que ce monsieur n’était pas le bienvenu sur le territoire de la République française ». Le Président français estime qu’il faut interdire l’entrée des savants dont le discours « n’est pas compatible avec l’idéal républicain ». Notons que Cheikh Al-Qardawi, d’origine égyptienne et de nationalité qatarie, mais il détient un passeport diplomatique.

L’UMO, qui se trouve au Qatar a cependant rappelé que son directeur est reconnu comme étant un ouléma modéré. Le secrétaire général de l’Union, Sheikh Ali Kardaghi, ajoute à son sujet : « Nous nous étonnons et nous reprochons à la France son refus d’accorder un visa à cheikh Youssef Al-Qaradaoui alors qu’il a contribué à débarrasser les concepts islamiques de l’extrémisme » . Le secrétaire de l’UMO précise que sa modération est visible dans les fatwas qu’il a émis jusqu’à présent.

Instrumentalisation politique du drame de Toulouse ?

Cette interdiction est la conséquence d’une pétition appuyée par des personnalités politiques (notamment du FN, UMP, PS), mais aussi des associations juives de France.

L’UOIF à l’origine de l’invitation du prédicateur, a émis un communiqué. Tout comme l’UMO, l’UOIF est également étonnée de cette controverse. Elle dénonce l’inexactitude des informations contenues dans le communiqué du FN au sujet du Cheikh Al-Qardawi. L’organisation rappelle que le Cheikh Al-Qardawi œuvre « pour l’ouverture et la tolérance », et il a l’habitude de venir en France et en Europe. Quant à l’invitation de Mahmoud Al Masri, dans le passé, elle « n’avait, alors, posé aucun problème pour les autorités françaises ». En effet, il était déjà venu en France, en décembre 2011, et plus récemment, le 25 février 2012, à l’occasion du Rassemblement annuel des musulmans du Nord.

L’UOIF propose à tous les citoyens, qu’ils soient musulmans ou non, de venir écouter par eux-mêmes les conférences de leurs invités. La communauté musulmane et ses représentants ont pourtant fortement condamné la tuerie de Toulouse.

Finalement, le vice président de l’UOIF a annoncé que Cheikh Al Qardawi était déprogrammé.