عربي - Deutsch - Française - Português - Español - - Italiano - русский

USA – C'est une première, attendue depuis plusieurs années par les leaders de la communauté musulmane de New-York.

La ville qui ne dort jamais suit l'exemple d'autres villes du Nord des Etats-Unis telles que le New Jersey ou le Massachusetts.
Mille huit cent écoles new-yorkaises ferment leur porte à l'occasion de la fête du sacrifice ce jeudi vingt quatre septembre. Ce sont quelque un million d'élèves qui pourront célébrer ces festivités sans jongler avec les billets d'absence.
Les parents de ces derniers vacillaient jusque-là entre le fait d'absenter leurs enfants de la classe afin de partager ce moment de fête ou celui de les envoyer en cours sans célébration.
« Nous nous étions engagés vis-à-vis des familles à changer notre calendrier scolaire, pour refléter la force et la diversité de notre ville. Des centaines de milliers de familles musulmanes n'auront plus à choisir entre respecter les jours les plus sacrés de leur calendrier ou aller à l'école », explique le maire à l'origine de ce changement.
Cette nouvelle mesure a été annoncée par le maire Bill de Blasio ce mars dernier et ne concerne pas uniquement la population musulmane de New-York. En effet, la communauté juive a également bénéficié d'un jour de congé pour la fête de Yom Kippour, hier. Un autre jour de congé scolaire a été mis en place pour la fête du Nouvel An lunaire chinois, le huit février prochain.
Cette mesure concerne également l'Aid-al-Fitr, fête de rupture du jeûne et vise à « refléter la force et la diversité de notre ville », confie Bill de Blasio.
À l'occasion de cette nouvelle mesure, plusieurs personnalités musulmanes influentes des US se sont exprimées.
Linda Sarsour, une activiste américaine impliquée dans moult combats membre de la

« Colaition for Muslim School Holidays » et mère de trois enfants, attestait de la « grande victoire de voir ce jour arriver ».
Shamsi Ali, imam et directeur du Jamaica Muslim Center, relevait la contribution de ce genre de réforme à la consolidation du sentiment d'appartenance des musulmans d'Amérique.
Ibrahim Hooper, porte-parole du Council on American Islamic relations (CAIR), soit la plus grande organisation de défense des droits civiques des musulmans aux Etats-Unis commente la conjoncture : « Dans ce climat de hausse du sentiment anti-musulman et de la rhétorique anti-musulmans » (...) le jour de congé accordé aux élèves pour l'Aïd el-Kébir arrive au bon moment. (...) Cela envoie un message très positif d'intégration. »