SJ Financial - шаблон joomla Joomla

 عربي - Deutsch - Française - Português - Español - - Italiano - русский

Désir intense de changer de vie

Sur le devant de la scène, les convertis à l'islam ont montré deux visages ces derniers jours. Celui, voilé, de la rappeuse Diam's qui confie comment Allah l'a sauvée de ses démons. Et celui des jeunes de la cellule jihadiste démantelée à Cannes et soupçonnés d'avoir planifié des attentats. Mais ces deux profils exceptionnels à la une de l'actualité sont loin de représenter la majorité silencieuse et grandissante de convertis « ordinaires », qui s'accomplissent dans leur foi, généralement à l'ombre des tours HLM.
En France, entre 80000 et 100000 hommes et femmes qui, le plus souvent, ont été élevés dans le culte chrétien, ont choisi d'embrasser la religion musulmane. « Il y a chaque année environ 4000 conversions. L'augmentation est constante, mais ce n'est pas un phénomène exponentiel », précise l'islamologue Bernard Godard, consultant au service des cultes du ministère de l'Intérieur. A titre de comparaison, quelque 3000 adultes ont fait leurs premiers pas cette année dans le catholicisme, dont 120 avaient grandi dans la tradition musulmane. Des chiffres loin de l'engouement suscité par le culte d'Allah : chaque jour, environ dix Français deviennent musulmans.
L'islam, fort de 4 à 5 millions de fidèles en France, profite d'une dynamique positive qui trouve un écho dans les cités, là où le désir de changer de vie est le plus intense. « Des jeunes choisissent cette voie parce qu'ils ont côtoyé des copains musulmans et qu'ils recherchent une discipline. Ils n'ont pas fait d'études poussées, sont parfois fragiles et peuvent devenir une proie facile des salafistes. Mais ceux qui tombent dans l'islam radical sont une infime minorité », insiste Azzedine Gaci, recteur de la mosquée de Villeurbanne. Ceux qui décident de rentrer dans le « droit chemin » se révèlent souvent très zélés. « C'est la foi des néophytes. Par rapport aux autres musulmans, ils estiment devoir en faire plus », décrypte Bernard Godard. Afin de devenir des « musulmans modèles ». C'est à Nemours (Seine-et-Marne), ville paisible comme tant d'autres, que nous avons choisi d'enquêter sur ce phénomène.